Accueil > traitement-humidite

Norellagg traitement humdite power pipe

Des produits sélectionnés par nos experts pour chaque traitement de l’humidité.

  • Chaque cas est spécifique et les solutions sont connues
  • Remontée capillaire : traitement géomagnétique
  • Condensation : ventilation par pièce
  • Condensation : ventilation autonome solaire
  • Infiltration : assèchement déshumidificateur, déshydrateur
  • Infiltration - Dégât des eaux
    Infiltration - Dégât des eaux
    Assèchement déshydrateur
  • Infiltration - Dégât des eaux
    Infiltration - Dégât des eaux
    Assèchement déshumidificateur
  • Dégât des eaux : assèchement déshumidificateur, déshydrateur

Vous avez fait le diagnostic de votre humidité et vous en connaissez la cause.

Maintenant pour traiter l’humidité il faut associer le produit à la cause de l’humidité, son origine.

En cas de doute sur votre diagnostic humidité nous vous invitons à lire cette page.

Grâce à nos expériences en tant que spécialiste en humidité

nous avons testé puis sélectionné pour chaque cause d’humidité les produits qui sont efficaces, simples à installer, sans entretien et rentables.

Comme l’humidité est souvent taquine, en plus de la cause principale il faut souvent ajouter des causes secondaires et donc tous les produits qui vont avec.

Remontée capillaire : définition

Indispensable, bien comprendre les 2 types d’humidité par remontée capillaire !

Dans le langage courant, on regroupe dans les remontées capillaires 2 phénomènes qui ont des points communs mais des causes, des conséquences et des traitements très différents :

  • les remontées capillaires ascensionnelles par champ magnétique ou par osmose.
  • et les remontées capillaires par effet de mèche avec la Loi de JURIN

Dans ce tableau, vous trouverez des informations pour les identifier.

Remontées capillaires : humidité ascensionnelle, osmose : définition 

Les remontées capillaires, ascensionnelles ou par osmose, sont dues à des phénomènes physiques différents de la loi de Jurin.
Mais souvent en humidité, les phénomènes s’associent.

L’eau dans le sous-sol circule par gravité dans les lignes de facture (faille, source…).
Les molécules d’eau se chargent des sels contenu dans le terrain traversé et se chargent électriquement par frottement.

L’eau arrive au pied du mur des habitations et remonte dans les capillaires des murs.

Comprendre les remontées capillaires

Comme les molécules d’eau sont électriquement chargées et qu’il y a le champ magnétique terrestre, une force électromotrice se crée et par du pied du mur chargé (+) vers le haut du mur sec (-).
Le champ magnétique terrestre, lorsqu’il passe par ces lignes de fracture, devient perturbé, la force électromotrice n’est pas constante et les remontées d’eau ne sont pas à la même hauteur le long du mur.

Il y a un équilibre entre cette force et la pesanteur et également un équilibre entre le débit des remontées d’humidité et celui de l’évaporation.
L’évaporation se fait prioritairement du côté de la paroi la plus chaude. Donc par exemple, à l’intérieur du logement chauffé en hiver.
A l’extérieur, un revêtement de façade étanche empêche l’eau de s’évaporer vers l’extérieur, accentuant l’évaporation du côté intérieur.

L’évaporation ne peut pas se faire si les deux faces du murs sont imperméabilisées. Il en découle d’une part une augmentation de la hauteur de la zone humide et d’autre part une désolidarisation des enduits étanches du mur.

Pourquoi du salpêtre apparaît ?

L’eau qui a monté dans le mur est chargé de sels minéraux, efflorescences : carbonates, sulfates, nitrates…

Après évaporation, ces sels permettent le développement de bactéries qui se nourrissent de carbonate de calcium et de l’ammoniaque.
Avec l’oxygène de l’air, il se forme le nitrate de calcium : le SALPÊTRE.

Loading...

Comment reconnaître les remontées capillaires ?

Souvent pour les 2 côtés, extérieur et intérieur du mur, on observe :

  • le bas du mur est plus humide que le haut
  • l’humidité est dans toute l’épaisseur du mur
  • la forme des taches d’humidité est ondulée. Il n’y pas de ligne “horizontale”
  • la hauteur de la zone humide peut aller jusqu’à plusieurs mètres
  • la formation de salpêtre confirme une remontée capillaire ascensionnelle ou par osmose
  • les défauts sont plus ou moins visibles dans le temps
  • le plâtre à l’intérieur du mur est toujours humide

De plus :

    • À l’intérieur :
        • le papier peint se décolle
        • la dégradation des plâtres et la détérioration des enduits qui s’effritent
        • le revêtement de sol type moquette ou parquet qui pourrit
        • l’apparition de salpêtre
        • la formation de petits champignons

Mais aussi :

        • des mauvaises odeurs
        • les matériaux isolants type laine de verre sont moins efficaces
        • il est plus difficile de chauffer les pièces
        • l’air est malsain
    • À l’extérieur :
        • la détérioration des enduits extérieurs et parfois l’altération du gros œuvre
        • le crépi dégradé
        • l’apparition d’auréoles, de cloques, etc.
    • La composition des murs est très importante :
        • il n’y a pas de bande d’arase
        • les matériaux sont très poreux
        • les matériaux ont des réseaux capillaires qui permettent à l’eau de remonter

L’observation de ces signes doivent vous alerter.

Quelle solution pour diminuer l’humidité due aux remontées capillaires ?

Il faut arrêter une des 4 causes : matériaux capillaires, humidité, sels minéraux, et influence du champ magnétique terrestre.

Pour arrêter l’humidité ascensionnelle ou par osmose, de façon définitive avec une garantie de résultat,

il faut arrêter l’influence du champ magnétique dans la zone touchée.

La seule solution est le traitement très simple et très efficace par géomagnétisme :

Boitier anti humidité capillaire
Loi de Jurin – Effet de mèche : définition

La loi de Jurin est une loi physique permettant de connaître la hauteur d’ascension ou de dépression d’un liquide dans un tube en fonction de son diamètre et d’autres paramètres. Cette loi a été énoncée en 1717 par le médecin anglais James Jurin. Il a poursuivi des travaux de Newton et d’autres scientifiques sur la capillarité.
Autrement dit, la loi de Jurin est une force qui aspire l’eau du sol vers les murs par capillarité.

Plus le capillaire est fin, plus la remontée du liquide sera lente et importante.

L’effet de mèche est provoqué par de l’eau sous forme liquide. Celle-ci entre en contact direct avec la maçonnerie.

Loading...

Comment observer les remontées capillaires par effet de mèche – Jurin ?

Plusieurs signes permettent d’identifier les remontées capillaires par effet de mèche :

  • des tâches noires sur le pied du mur extérieur forme une bande horizontale de 20 cm maxi
  • l’enduit est attaqué
  • le pied du mut est humide. Attention ! Ce n’est pas forcément visible
  • l’humidité est en surface : souvent extérieur mais parfois intérieur
  • il n’y a pas de salpêtre ni d’efflorescence car il s’agit d’eau liquide sans sel
  • sans l’apport en eau au pied du mur part les tâches sont moins visibles
BÂTIMENT ANCIEN : l’humidité due à l’effet de mèche, principales causes et solutions

Les problèmes d’humidité dans les constructions anciennes existent depuis longtemps.

Ils construisaient les maisons avec une barrière étanche, comme pour faire une bande d’arase avec du granit, du schiste ou des ardoises en quinconce.

Les matériaux poreux comme le pisé, le bois, le calcaire ou la brique étaient alors protégés.

De plus, les murs étaient moins étanches et donc plus transpirants, cela permettant d’évacuer l’humidité excédentaire. Les caves en terre battue étaient ventilées par des soupiraux.

Aujourd’hui, les problèmes d’humidité dans les constructions anciennes sont dus à plusieurs causes :

  • maintenant, le niveau de tolérance à l’humidité est plus faible
  • il y a des rénovations mal faites avec des utilisations de produits étanches : ciment, revêtements plastiques, isolants qui ont piégé l’eau dans le mur
  • des modifications des hauteurs de sol et de l’environnement en général, comme par exemple avec la suppression de fossés de drainage ou un terrain voisin qui a été surélevé
  • pour avoir une meilleure isolation, il y a eu des suppressions de sorties d’air empêchant l’air de circuler et donc d’assécher les murs
  • parfois la modification de la végétation plantée devant un mur empêche l’ensoleillement qui aidait à évacuer l’humidité
  • les modifications architecturales comme l’ajout d’un étage qui exerce sur les fondations des charges susceptibles de les déstabiliser et de les rendre plus sensibles à l’humidité ascensionnelle
  • l’évolution de la circulation routière qui provoque des vibrations pouvant engendrer tassements et fissures
BÂTIMENT MODERNES : l’humidité due à l’effet de mèche, principales causes et solutions

Un point important est l’application du DTU 20.1 en 1959 imposant la mise en place d’une bande d’arase. 

Le plus souvent, l’examen des litiges montre que les désordres sont dus à de mauvaises pratiques constructives ou des malfaçons :

  • l’arase n’est pas étanche car il est discontinue, il n’est pas sur toute la largeur du mur
  • l’étanchéité des fondations s’est dégradée ou a été négligée lors de la construction. Le drainage a été oublié ou est mal conçu
  • des regards de visites n’ont pas été installés ou sont sous-dimensionnés
  • la maison est construite sur un terrain humide, marécageux ou inondable
  • la nappe phréatique n’a pas été prise en compte

Avec ces informations vous souhaitez revoir le tableau, en haut de la page, des causes de l’humidité et de